Les Mame et Shohin

Les secrets des petits géants : Créer et entretenir vos bonsaïs Mame et Shohin

Les mame et shohin bonsaïs, ces minuscules chefs-d’œuvre vivants, fascinent par leur capacité à encapsuler toute la majesté d’un arbre mature dans une proportion réduite. Dérivant de l’art traditionnel japonais, ces deux catégories se distinguent par leur taille : les mame ne dépassent généralement pas 10 cm de hauteur, tandis que les shohin mesurent entre 10 et 25 cm. Cet article vous guidera à travers les étapes essentielles pour créer et entretenir ces petits géants, en mettant l’accent sur des variétés spécifiques telles que les petits rosiers, les jasmins d’hiver, l’orme de Chine, le buis, le troène et le Lonicera nitida.

Comprendre les bonsaïs Mame et Shohin

 Les bonsaïs Mame et Shohin constituent un domaine captivant de l’art du bonsaï, chacun avec ses propres caractéristiques et exigences. Les Mamé, les plus petits des deux, ne dépassent généralement pas 10 cm de hauteur, tandis que les Shohin peuvent atteindre entre 20 cm et 25 cm. Ce qui distingue ces bonsaïs n’est pas seulement leur taille, mais aussi la précision et le détail de leur conception et de leur entretien. Avoir un bonsaï Mamé ou Shohin, c’est posséder une œuvre d’art miniature qui exige attention et dévouement.

Choisir votre arbre

La sélection de l’espèce est cruciale lors de la création d’un bonsaï Mamé ou Shohin, car chaque espèce possède des caractéristiques uniques qui influencent son entretien et son esthétique. Pour les amateurs de fleurs, les petits rosiers et les jasmins d’hiver sont un bon choix, offrant une floraison exquise en miniature. Pour ceux qui préfèrent les arbres feuillus, l’orme de Chine et le buis sont des options robustes et esthétiquement agréables. Le troène et le Lonicera nitida, quant à eux, sont réputés pour leur capacité à bien se prêter à la taille et à la formation, ce qui en fait des candidats expérimentés pour les débutants comme pour les praticiens expérimentés du bonsaï. En outre, le pin sylvestre, le juniperus chinensis et le pin blanc du japon sont également d’excellentes options à considérer pour la création de bonsaï Mame ou Shohin.

Orme Champètre, (Ulmus Campestris) petit Yamadori en balais de sorcière
Orme Champètre, (Ulmus Campestris) petit Yamadori en balais de sorcière

Préparation et plantation

La clé du succès pour cultiver un bonsaï Mamé ou Shohin réside dans une préparation méticuleuse. Il est crucial de sélectionner un pot de petite taille mais esthétiquement plaisant, doté d’un bon système de drainage. Le substrat utilisé doit être bien aéré, avec des particules fines de 2 à 3 mm, généralement composé d’akadama, de gravier de pierre ponce (Pumice ou Pomice) et de compost organique. Il est important d’adapter le mélange à vos conditions de culture et à votre région. Lors de la plantation initiale, il est essentiel de prendre soin de l’orientation de l’arbre et de la disposition des racines pour favoriser une croissance saine et équilibrée. La mise en forme commence dès cette étape initiale, en orientant soigneusement l’arbre et en entamant le processus de formation.

Techniques de formation et d’entretien

Pour maintenir la taille et la forme de vos bonsaïs Mamé et Shohin, des techniques spécifiques de taille et de ligature sont nécessaires. La taille régulière des branches et des feuilles aide à conserver leur petite stature tout en encourageant un feuillage dense et bien réparti. La ligature, bien qu’un art délicat, permet de diriger la croissance et de former l’arbre dans des silhouettes désirées. Pour les variétés comme les petits rosiers, les jasmins d’hiver, l’orme de Chine ou Mire, le buis, le troène, le Lonicera nitida, le pin sylvestre et le juniperus chinensis, il est essentiel de comprendre les besoins spécifiques de chaque espèce. Par exemple, les rosiers et les jasmins bénéficient de tailles régulières pour favoriser la floraison, tandis que l’orme de Chine et le buis bénéficient d’une taille pour maintenir leur forme compacte. Le troène et le Lonicera nitida, connus pour leur croissance rapide, devaient nécessairement une attention constante pour conserver les dimensions et l’esthétique souhaitées. De plus, pour le pin sylvestre et le juniperus chinensis, il est important de noter que ces espèces préfèrent un sol bien drainé et une exposition ensoleillée pour prospérer.

Exemples de variétés adaptées pour les mame et shohin

Certains arbres se prêtent particulièrement bien à la culture sous forme de mame et shohin grâce à leurs caractéristiques intéressantes, telles que la petite taille de leurs feuilles ou leur capacité à s’adapter à la taille réduite. Les variétés les plus appréciées comprennent :

  • Tous les Ormes en général, Orme de Chine (Ulmus Parvifolia), Orme du Japon (Ulmus Nire), Orme a feuille de charme (Ulmus Carpinifolia), Orme Champètre (Ulmus Campestris)
  • Érable japonais (Acer palmatum) : favorisé pour ses feuilles délicates et sa couleur changeante au fil des saisons.
  • Genévrier (Juniperus spp.) : apprécié pour sa facilité de taille et sa résistance.
  • Pin blanc japonais (Pinus parviflora) : recherché pour sa forme élégante et ses aiguilles fines.
  • Le pin Sylvestre (Pinus Sylvestris) : très apprécier par tous les amateurs occidentaux pour sa facilité d’adaptation
  • Azalée (Rhododendron) : choisie pour sa floraison spectaculaire en miniature.
  • Figuier (Ficus carica) : utilisé pour son feuillage qui ce nanifie de façon extreme
  • Lonicera Nitida : arbuste au petite feuille facile à cultivé
  • Le Troène (Ligustrum) : très bien adapté pour les petite taille

Ces variétés, entre autres, offrent une palette d’options pour les amateurs de bonsaï désirant se spécialiser dans la culture des mame et shohin, offrant des défis et des satisfactions uniques dans leur genre.

Dans cette vidéo, j’explique comment construire des bonsaïs de petite taille, tels que des Mamé et des Shohin. Je donne des conseils sur la préparation et l’entretien de ces arbres miniatures, ainsi que sur les différentes techniques à utiliser pour les obtenir. Je montre également des exemples de petits rosiers et de jasmins d’hiver utilisés dans la construction des bonsaïs.

Comment construire des tous petits #bonsaï de taille #mame et #Shohin

00:01 Dans cette section, je présente différentes variétés de bonsaï mame et shohin, y compris un petit rosier et des lonicera nitida.

05:49 Pour construire un petit bonsaï de taille mame ou shohin, il est important de réduire l’arbre pendant l’hiver, le laisser pousser pour cloisonner et le faire grossir, puis le mettre dans une coupe plus grande pour le reconstruire..

11:39 Pour choisir le diamètre de la ligature, poussez-la contre la branche et si elle ne plie pas, le diamètre est bon.

17:32 Je vais vous expliquer comment tailler un bonsaï en éliminant les parties supérieures et en conservant les jeunes branches en développement.

23:23 Certains arbres sont bloqués par la canicule, mais je reprendrai mon activité lorsque la chaleur diminuera. J’utilise un arbuste de pépinière appelé Callicarpa pour construire un tronc de bonsaï.

29:13 Cette section montre comment je peux tailler les bourgeons inutiles et raccourcir les branches pour stimuler la croissance de mes petits bonsaïs.

35:04 Les petits bonsaïs de taille mame et shohin nécessitent une attention particulière en termes de rempotage et d’arrosage.

40:54 En utilisant les techniques de tire sève vous pouvez obtenir des résultats rapidement, mais ils ne seront pas exceptionnels.

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

5 commentaires sur “Les secrets des petits géants : Créer et entretenir vos bonsaïs Mame et Shohin”